En vol…

La soirée était des plus agréables : petits fours, caviar, strass et paillettes… Le champagne coulait à flot, un groupe de jazz animait la soirée, couvrant le flot des conversations ineptes, permettant à des couples d’un soir de se former. Elle avait croisé le regard de plus d’un homme ce soir, attiré certainement par cette longue robe de soie noire qui valorisait sa silhouette. En s’attardant un peu plus, il était possible de remarquer qu’elle ne portait rien d’autre…

La villa de Gregory Goldson était immense, et personne ne s’étonnerait qu’une jolie brune s’égare, emprunte un escalier, puis un autre, se perde dans les couloirs à la recherche d’un endroit où se repoudrer le nez, d’une chambre où se reposer après avoir un peu trop abusé de boisson à bulles.
Jouer la jeune écervelée perdue et un peu nymphomane, elle savait faire. Ce rôle de composition l’avait sortie plus d’une fois de situations délicates lors d’une mission.
Ce soir, tout semblait trop simple : pas de services de sécurité, pas de caméras de surveillance, pas d’alarmes : le richissime Monsieur Goldson ne semblait pas craindre les voleurs, malgré les tableaux et autres pièces de collection qui décoraient sa villa. Elle avait du mal à imaginer qu’un assureur n’ait pas exigé quoi que ce soit avant de prendre en charge les lieux, mais elle savait que Gregory Goldson était suffisamment influent pour imposer ses règles du jeu.

Elle avait bien mémorisé le plan et après une dizaine de minute d’exploration elle entra dans la pièce baignée d’une douce lumière bleutée. Au centre, le buste sans bras ni tête, placé sur un socle en marbre. La statue, qui semblait avoir été sculptée en s’inspirant de la Vénus de Milo, était juste habillée de lingerie. Elle fit deux fois le tour de la pièce et de la statue pour s’assurer qu’aucun système de détection n’était présent. Elle dégrafa sa robe, laissa la soie glisser sur sa peau bronzée et se dirigea, entièrement nue, vers la statue. Quoi de plus simple pour une femme que de voler une culotte et un soutien-gorge : il suffisait de les porter ! La mission aurait semblé étrange pour une autre voleuse, mais elle avait déjà « récupéré » des objets bien plus surprenants. Elle continua de s’approcher, posa sa main sur la statue, l’alliage qui la composait n’était pas aussi froid que du marbre et il lui sembla même souple, une texture proche de l’argile. Au même instant le socle de marbre s’illumina et le sol de la pièce disparut en un dixième de seconde, laissant place à de l’eau dans lequel son corps plongea. Le moment de surpise passé, elle battit des jambes pour remonter à la surface, s’approchant du socle en marbre, le seul endroit où elle pouvait s’accrocher.
« Vénus sortant des eaux… » Il se tenait à la porte, la regardant s’asseoir sur la colonne de marbre. « Bonsoir Miss… Blacksteal… Eléonore, si je me souviens bien ? »
« Bonsoir Monsieur Goldson… Mon prénom est Eléonore, en effet. » Malgré son regard insistant et son sourire gourmand, elle n’eut pas le moindre geste de pudeur. Elle se releva, lui tourna le dos pour faire face à la statue, prête à récupérer son butin.
– Eléonore, à votre place, je ne ferais pas ça… Nous sommes le 22 octobre. D’ici quelques minutes, le vaisseau de Noah Mosès va atteindre la planète Mars. Au même instant, sur notre chère planète Terre, Nimentrix va sortir d’un étrange rêve qui apportera la réponse à beaucoup de ses questions. Enfin, d’un point de vue cosmique, au même instant les planètes Mars, Vénus, Jupiter et la Terre seront parfaitement alignées… »
– Étrange statue… », dit-elle en dégrafant le soutien-gorge. Il lui sembla voir la poitrine du buste se soulever .
– La trouver n’a pas été une mince affaire, mais heureusement l’accès à la ressource @nimentrix nous a permis de la localiser. C’est l’avantage d’avoir un accès total à la mémoire d’un individu, même aux éléments qu’il a volontairement occultés. Bien évidemment c’est lui qui vous a demandé de venir récupérer l’objet ? » Pendant qu’il parlait, elle faisait glisser la lingerie le long des demies jambes du buste. Elle se retourna, commença à enfiler la culotte puis le soutien-gorge.
– Vous savez bien que je ne peux pas révéler le nom de mon client… Tout ce que je peux vous dire c’est qu’il ne s’appelle pas Nimentrix. » Elle appuya sur la fleur placée au centre du soutien-gorge. A l’instant précis où le vaisseau s’écrasait sur Mars, où les spores se répandaient sur la planète, les pyramides bleues, placées au fond de l’eau qui entouraient le pilier en marbre, s’illuminèrent. Gregory Goldson eut juste le temps de fermer la porte et de courir avant le déclenchement du processus. Le système de respiration atlante émergea de la fleur et vint se placer sur le visage d’Eléonore pendant que la pièce se remplissait d’eau. Au dessus d’elle, le plafond s’entrouvait, laissant apparaître la structure de La Machine.

(A suivre ?)

Photo © Romain Cazaux
Texte © Nimentrix

Ce texte est ma 14ème participation (solo) à l’atelier d’écriture de Bricabook : chaque semaine Leiloona met en ligne une photo le mardi, et vous avez jusqu’au dimanche suivant pour vous laisser inspirer et rédiger un texte. Vous pouvez consulter (et commenter) les autres textes participant à l’atelier.

N’hésitez pas à commenter le texte ci-dessous et à la partager s’il vous a plu 🙂

Vous pouvez aussi lire mes autres participations à l’atelier.

Publicités

Auteur : nimentrix

Explorateur d'imaginaires. Accro aux séries, la BD, la science-fiction, le fantastique, les comics et plein d'autres choses... Ecrit, un peu, beaucoup, passionnément, aussi ;-)

13 réflexions sur « En vol… »

  1. Si je te dis que j’aime ça va devenir lassant non?!….
    Tu commences tout doux pour nous faire croire que tu nous racontes l’histoire ordinaire d’une voleuse inspirée,et tout d’un coup bang ton univers débarque avec ce héros recurrent que nous aimons tant….Serait-il amoureux?…

    1. Bonjour Bénédicte.
      Le texte met en scène deux personnages qui risquent de revenir mais pas forcément dans l’atelier parce que ça foisonne un peu beaucoup dans mon cerveau ;-), je pense que je vais écrire des bribes du feuilleton un à 2 fois par semaine… D’ailleurs le texte ou il est question de Nimentrix et de son rêve (relié à la précédente image de l’atelier @Bricabook) pourrait paraître cette semaine, si je ne suis pas mort de fatigue avant 😉 Pour répondre à ta question, je n’ai pas encore introduit le personnage qui est « l’amoureux » de la voleuse… faudra attendre le texte sur les origines de la Machine pour en savoir plus 😉

  2. Pour lire tes textes, je m’assois toujours comme dans un vaisseau spatial, et je me laisse aller au gré de ton imagination. C’est vraiment pas mal. Merci.

  3. Une fois les mots lancés,sait-on jamais ce que le lecteur va faire avec!!!!Je retiens l’idée de Nady et si je me fais arrêter je dirais que c’est de ta faute…..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s