A quoi… ça sert l’oubli ?

Avertissement : le texte qui suit est le chapitre final de la saga « A Quoi ». Il sera totalement incompréhensible si vous n’avez pas lu les épisodes précédents où apparaissent les différents personnages (les textes indispensables sont indiqués en gras, la lecture des autres est fortement conseillée) .

L’auteur décline toutes responsabilités si vous souffrez d’amnésie à la fin de cette lecture.
Je vous aurais prévénu 😉

Mars, quelque part sous la surface de la planète…
Noah Moses était dans une salle immense, il ne pouvait apercevOir de mUrs, ce lieu souterrain occupait peut-être toute la surface interne de la planète. A perte de vue, des pyramides BLeues qui dépassaIEnt les 2 mètres de haut.

Comment est-il arrivé ici ?
Lors du crash du vAisseau, après que son corps ait déversé des Milliers de toNnes d’Eau permettant aux Spores de germer et modifIEr la planète, il avait flotté à peine en vie à la surface d’un océan en formation. Les yeux à peine ouverts, perdu au milieu des éléments, il fut le spectateur de la transformation ultra rapide de l’atmosphère de la planète. La planète rOUge, désertique était devenue BLeue et verte. Dans son étrange état à la frontière de la vIE et de la mort, il avait conscience que la métamorphose de la planète n’était pas juste liée à l’eau et aux spores. Mars avait toujours était en attente d’éléments catalyseur pour se reconstruire, redevenir Mare..

Combien d’heures, de jours avait-il flotté ainsi ?
Errant à la Frontière de la vie et la mort, ses perceptions s’étaient étendues : des milliers d’images dont il ne saisissait pas encore le sens. Une image revenait régulièrement : un alignement de pyramides bleues. Au-dessus d’elles Flottait la créAtion ultime : la Machine, CE mécanisme d’horlogerie qui sommeillait depuis des millénaires, en aTtente de lA venue d’un homme fontaine… Noah savait que ça allait bien au-delà de cela, qu’il ne percevait qu’une infime partie d’une mécanique plus globale : ses visions ne concernaient pas seulement Mars, elles Englobaient l’ensemble du systèMe sOlaIRE, la galaxie…

Il sentit la terre ferme dans son dos.
Quand il ouvrit à nouveau les Yeux, il vit un immense tronc qui semblAit s’élever à l’iNfiNi dans le ciel, comme si quelqu’un avait plaNté un harIcot Magique. Il bougEa ses mains, qui s’enfoncèreNT mollement dans le sable. Au-dessus de lui le ciel était bleu azur, il pouvait sentir la douce caResse du soleil sur sa peau, sensatIon proche de l’eXtase. Il était trempé mais ne frissonnait pas, la température de l’air était incroyablement douce. Il savait que scientifiquement parlant, c’était impossible, Mars était beaucoup trop éloiGné dU soleil, la tempÉRature moyenne était de -63°C. Mais tout ce qui venait de se passer était Absurde d’uN poinT de vue scientifique, le processus dont il avait été témoin aurait dû se dérouler sur des millénaires. Il devait certainement être sur le poiNt de mourir, il devait halluciner en simaginant sur une plage de l’Océan PacifiquE pour oublier que son corps était probablement en train de geler et de manquer d’oXygène. Quelque chose clochaIt pourtant dans ce paySage quasi Terrestre : aucun oiseau dans le ciel, et cEt immense tronc constitué du réseau de lianes créé par les sPores. Et cette douleur, au niveau de l’épaule gAuche, là où Se trouvait cette tâche de naissance. Il se releva péniblement. La gravité était proche de celle de la Terre, ce qui là encore une absurdité d’un point de vue scientifique.

Il découvrit l’ile.
De grands espaces verts, des champs de fleurs, des arbres, et au milieu de tout cela, des cailOUx. Les pierres, légèrement BLeutées n’étaIEnt pas posées au hasard. En s’approchant,il découvrit des vestiges de colonnes, une grande surface pavée rectangulaire, l’ancien emplacement d’un temple ?

La douleur, de plus en plus intense.
Son Épaule lui faisait Terriblement mal, il releva la manche de son tee shirt à moitié déchiré, la marquE sur son épaule étaIt rougeoyaNte, comme les braiseS d’un charbon ardent. D’un gesTE réflexe il posa Sa main droite sur la tache, comme pour léteindre.

Et Eléonore Blacksteal apparût devant lui.
C’était une forme brumeuSe, comme un hOlogramme, elle était jUste Vêtue d’un étrangE bikiNI qui valoRiSait ses formes, sa tête était dans une bulle, elle semblait nager au milieu de l’eau.
« Noah ! J’ai cru que tu ne répondrais jamais.. » Il se souvenait de sa première rencontre avec Eléonore : Yann l’avait chargé de dérober des informations sur le projet de conquête de la planète Mars. « Noah, j’ai besoin de ton aide..»
– C’est YANN qui t’envoie ?
– Oui… Non… C’est un peu compliqué. Noah, il faut que tu accèdes à la Machine.
– La Machine ?
– Le mécanisme très complexe qui a permis à Mars voilà bien longtemps d’avoir une atmosphère respirable, un gravité suffisante pour que l’air ne DISPARAIsse pas dans l’espace, une Température suffisante pour que la vie puisse se développer. Mars – ou plutôt Mare ou Maeris – a été la première planète du système solaire Où la vie est apparUe. C’était une planète aquatique, Berceau de la civiLIsation atlantE. A son âge d’or, la science atlante avait quelques millénaires d’avance sur la technologie actuellement présente  sur Terre. LEs Atlantes ont installés des Machines sur Mercure, Venus, la Terre, Mars et Jupiter, pour pouvoir terraformer et coloniser le système solaire.
– Comment sais-tu cela ?
– Si je te disais que j’ai eu accès à ces informations grâce à une statue de Diane, visible actuellement au LOUvre, mais qui se trouvait quelques siècles auparavant dans le Palais des Glaces du Roi Soleil, tu me croirais ? C’est une longue histoire et nous n’avons pas le temps pour cela… Noah il faut que tu trouves la Machine au plus vite. Je suis juste à côté de la Machine sur Terre et un gros câBLe est en train de se former entre nos deux planètes. Si tu ne trouves pas la Machine rapIdEment nous ne pourrons pas empêcher les Créatures qui sommeillent sur Pluton de venir détruire ce que tu as recréé. »

Il avait trouvé l’escalier au milieu des ruines.
Il Avançait au Milieu des aligNEments de pyramides. Il aperçut au loin la source de lumière, comme SI un soleil éclairait cette grotte aux dimensions gigantesQUEs. La Machine était là, elle flottAit au-dessus des pyraMides. Dès qu’elle perçut sa préseNce, elle sE mit à émettre de gigantesque arcS électrIques qui touchèrent les pyramides. Une à une, les structures bleues s’illuminèrent.
« Eléonore, QUE dois-je fAire Maintenant ?
– Je n’en sais rien, peut-être juste attendre la conNExion du câble dans l’espace… Noah ! Derrière toi ! CourS ! »
Il était tellement absorbé par le processus enclenché par la Machine QU’il n’avait pas Entendu les Créatures. Elles attendaient en hibernation sous la calotte glaciaire de Mars depuis des millénaires. Les mêmes Créatures qui avaient anéanti Therion allaient s’occuper de son ultime héritier.

« La suite de l’attaque fût foudroyante… Le 22 novembre, quelques heures suffirent aux Créatures pour anéantir Mars, et ensuite la Terre… »
La Louve retenait son souffle, elle avait du mal à respirer. Elle écoutait la Bestiole lui raconter cette histoire depuis de longues heures…
« Mars et la Terre ont été détruites le 22 novembre ? »
– L’ensemble du système solaire a subi les assauts des Créatures… La fin des Mondes.
– Mais c’est absurde, », lâcha la Louve, « nous sommes le 28 décembre, sur Terre ! Tout à l’heure, j’ai parlé à Noah et Eléonore, ils ont réussi à connecter les deux Machines le 22 novembre ! Le processus a même permis d’accéder aux autres Machines placées sur Mercure, Venus, et Jupiter, de mettre en place un bouclier qui nous protège contre les Créatures ! Tu racontes n’importe quoi.. »
La Bestiole sourit.
– Je sais tout cela.. Nous sommes le 28 décembre, les Machines Atlantes nous protègent… Mais fais une recherche sur internet… Je te mets au défi de me trouver une video, un article posté le 22 novembre entre 17:17 et 22:22… Plus personne ne se souvient de ce qui s’est passé pendant ces cinq heures et cinq minutes, le 22 novembre. »
– Personne, à part toi… Dis-moi, maudite Bestiole, cela fait des années que je trimbale avec moi, que je dialogue avec une chose qui semble être l’étrange croisement entre une souris et un lapin… J’ai découvert que personne d’autre que moi ne peut te voir ou te parler. Tu n’es qu’une hallucination placée par le vieux toqué qui m’a cédé son « Agence ». Nous « travaillons » ensemble à résoudre des affaires que beaucoup qualifieraient de surnaturelles, comme cette histoire de méduses voleuses de rêves, cette étrange machine qui absorbe l’inspiration des auteurs, sans oublier, bien évidemment, l’affaire de l’homme fontaine, Noah Moses ! Alors tu es prié de m’expliquer ce qui s’est passé ! » Sa voix était forte, elle était quasiment sur le point de se transformer. La Bestiole, pas impressionnée, sourit à nouveau.
– Quelqu’un s’est sacrifié, pour que tout rentre dans l’ordre…
– Qui ça ?
– Yann.
– Hein ?
– Nimentrix… Yann Nimentrix Guérant.
– Qui ? »

« Elle m’a oublié. » Yann, le Maître et son Apprenti étaient dans le Palais des Glaces, ils observaient la scène au travers d’un miroir.
– Tu sais bien qu’il n’y avait pas d’autres choix… Personne ne doit se souvenir de ces cinq heures. Si quelqu’un venait à découvrir ce qui s’est passé… »
– … cela pourrait anéantir tout ce que nous avons eu tant de mal à reconstruire… Oui, je sais cela… Mais elle… » Il soupira.
– Je suis désolé Yann, nous devions vérifier qu’elle ne se souvenait pas de toi. »
– Bien évidemment la Bestiole va lui faire oublier tout ce qu’il vient de lui raconter. Avec toutes ces informations, elle risquerait de mener son enquête sur les évènements du 22 novembre. » Le Maitre jeta un regard réprobateur à son Apprenti qui comprit qu’il devait se taire.
– Il ne me reste plus qu’à disparaître alors…
– Personne ne se souvient de toi, à part nous et la Bestiole. Il te suffit de te créer une nouvelle identité…
– … et de m’installer ici ou sur une autre planète, je sais…
– L’important, c’est de ne plus jamais nous recontacter. Si l’un de nous trois devaient « parler » sous la contrainte, il serait impossible de remonter jusqu’à toi.
– Repartir de zéro, une nouvelle fois… La bonne nouvelle c’est que je suis débarrassé de cette satané Bestiole ! Passez-lui le bonjour de ma part… »
Dans le reflet du miroir, il regarda sa Louve une dernière fois.
L’espace d’un instant, il croisa son regard et eut l’impression qu’elle le voyait, il lut la surprise dans ses yeux.
Il claqua des doigts et disparut.

Photo © Leiloona
Texte © Qui ???

Générique de Fin de Saison : Do You Remember © Jarryd Jades

Ce texte est ma 16 ème participation (solo) à l’atelier d’écriture de Bricabook : chaque semaine Leiloona met en ligne une photo le mardi, et vous avez jusqu’au dimanche suivant pour vous laisser inspirer et rédiger un texte. Vous pouvez consulter (et commenter) les autres textes participant à l’atelier sur le site Bricabook.

N’hésitez pas à commenter le texte ci-dessous et à la partager s’il vous a plu 🙂

Vous pouvez aussi lire mes autres participations à l’atelier.

Bonus : version alternative du Générique « Do You Remember »

Publicités

Auteur : nimentrix

Explorateur d'imaginaires. Accro aux séries, la BD, la science-fiction, le fantastique, les comics et plein d'autres choses... Ecrit, un peu, beaucoup, passionnément, aussi ;-)

13 réflexions sur « A quoi… ça sert l’oubli ? »

  1. Pff je suis morte de rire dans le sens où je n’ai pas pu m’empêcher de lire quels étaient les mots à deviner avec les lettres en gras, je pense VRAIMENT qu’il y a un philtre dans ce texte, j’ai les neurones en bouillie. Heureusement que je connaissais le texte avant la mise en gras. Je plains les autres lecteurs, tu vas tous nous faire devenir fous ! 😀 (A moins que nous ne le soyons déjà. A voir.)

    Belle histoire, comme toujours, un peu mélancolique cette fois … Sans doute parce que j’aurais voulu voir un peu plus « je ne sais plus qui » avec sa louve. Tu ne nous a jamais donné vraiment de péripéties avec eux deux … Et puis, zut, quoi, oui, lui faire subir un effacement est injuste pour elle, elle mérite mieux. Spice d’auteur misogyne. (Je vais devoir écrire son histoire, tiens, mais je ne serais pas digne de ton imaginaire….)

    Sinon pour la saison 2, tu fais une pause de 6 mois entre les 2 saisons, comme aux USA ? 😛

    1. Qd tu crées une série, tu peux quelquefois écrire la fin de saison avant le reste.
      Cela ne signifie pas que la saison 1 est complète.
      J’aime casser les codes, il y a d’autres épisodes de la saison 1 à venir.

      A la fin de « Addition » y’a ce dialogue :
      « Et maintenant ? »
      – 1+ 1, = 11, le chemin est encore long jusqu’à 22… »

      Au passage 22 novembre c’est 22/11 et ce texte n’était que l’épisode 16, donc il reste 6 épisode de la saison 1. Suffisament d’éléments que je n’ai pas mis en lumière, concernant la Bestiole, la Louve, Gregory Goldson. Je réordonnerais le texte qd la saison 1 sera fini, et je créérais le lien avec l’histoire pour les textes qui semble « hors sujet », mais tout est lié vu qu’ils sont tous écrits pas « Je ne sais qui » dans une des réalités.

      A propos de « je ne sais plus qui » et de sa Louve, ils ont déjà vécu des péripéties ensemble : Addition, Impératrice. Et un autre texte plus ancien, qui n’était pas dans l’atelier, où leurs noms ne figurent pas, mais où, pour moi, c’est une évidence…

      Concernant le fait de mettre les neurones en bouillies de mes lecteurs, j’ai encore quelques tours en réserve dans mon sac… 😉

      Concernant la saison 2, il se peut que je publie certains épisodes en alternance avec ceux de la saison 1 vu qu’il risque d’y avoir un effet miroir.

    1. Bonjour Nath, Non ça n’est pas du tout fini 😉 J’ai mis fin de saison 1, et en plus de cela, je vais publier d’autres épisodes concernant la saison 1, qui seront en amont des derniers événements. Et puis il y aura bien sûr une saison 2, parce que 5h05 de l’histoire d’un univers ne peuvent pas disparaître comme ça sans que personne ne le remarque 😉 Et relit l’avant dernière phrase du texte, certaines choses ne s’oublie pas si facilement… 😉

      A suivre donc, même si une bonne partie des histoires sera publiée en dehors de l’atelier, parce que j’ai BEAUCOUP de choses à raconter 😉

  2. Il ne faut surtout pas faire les deux choses en même temps,lire le texte et s’occuper des majuscules,sinon on disjoncte direct:comme dit Leiloona,la folie nous guette….
    Pourquoi l’amour est-il toujours aussi compliqué chez toi?..Tu ne pourrais pas nous laisser souffler de temps en temps avec un peu de douceur?…
    Nous en sommes au point où il faudrait pouvoir lire la totalité de ton texte sous une autre forme(un livre par exemple?!)pour avoir une vision d’ensemble et que tu developpes certains passages qui de mon point de vue ne le sont pas assez…Il y a un travail de restructuration qui t’attend pour qu’un souffle unique traverse ce récit et lui donne sa cohérence interne(avant le tome 2?)….Tu nous a rendu de plus en plus exigentes je le crains,et ce n’est que mon avis de non-spécialiste en SF,ce qui le rend bien sûr sujet à caution!!!Même si tu m’as bien fait progresser dans ce domaine….La dispersion est une richesse ET un danger,et parfois on te perd,et tes personnages en cours de route avec….Il y a tellement de choses dans ta tête que tu ne vas pas pouvoir faire l’économie de ranger quelques tiroirs..
    Tu peux exercer ton droit de réponse et me dire que je n’ai rien compris,cela ne m’empêchera pas d’avoir beaucoup aimé te rencontrer!!!!!

    1. Bonjour Bénedicte et merci pour ton commentaire qui va enfin me permettre de répondre à des tas de questions qu’on ne m’avait pas posé 😉

      Pourquoi l’amour est-il toujours aussi compliqué chez moi ?
      Parce que l’amour est toujours compliqué lorsqu’une mère n’a pas été présente pour te le montrer… Je te renvoie à mon tous premier texte écrit le jour de mon anniversaire « Deux mains ». L’autre raison c’est que l’amour est un excellent ressort scénaristique dans une histoire. Le point faible de Yann Nimentrix Guérant c’est son amour, ça le rend plus humain, sinon il serait une sorte de super héros doté d’une tonne de pouvoir. De plus, sans l’amour de Yann, la Louve retourne à son essence primaire, et l’absence de Yann dans la vie de La Louve en saison 2 pourrait avoir de terribles conséquences…
      La douceur, il m’est arrivé d’en souffler un peu à la fin d’Impératrice, certes après une telle explosion de chose beaucoup plus dure, mais la dernière scène montre bien la force du lien qui unit Yann à sa Louve, et aussi la dureté du sacrifice en fin de saison 1 , je l’admets 😉

      Les textes publiés dans le cadre de l’atelier sont juste les « fragments » d’une histoire, un mini synopsis, c’est pour cela que j’avais annoncé à une époque mon intention de stopper ma participation aux ateliers parce que l’écriture me demande beaucoup plus de temps et d’énergie que les quelques heures consacrées pour l’atelier. De plus je dois faire coller mon histoire à une photo 😉

      L’histoire doit être replacée dans le bon ordre, la véritable genèse doit être écrite (la rencontre avec La Bestiole, La Louve, etc…). Savoir si cela fonctionnera sous forme de livre… ça me semble difficile de me passer de certains de mes ajouts « meta » … Un livre avec des QR Code, peut-être ? Ou alors un véritable livre « numérique », mais le format avec insert image audio et video n’existe pas encore… Et puis j’ai aussi besoin de chatouiller les neurones avec mes majuscules en gras, comme dans ce texte et « Bleu Blues ».

      Tant mieux si je rends le lecteur de plus en plus exigeant, ça m’oblige à aller plus loin, et à m’attirer ses foudres en le faisant réagir;-)

      Il y a beaucoup de choses dans ma tête en effet, mais comme expliqué précédemment ces textes ne sont que des extraits. Une forme plus « rédigée » permettrait de s’y retrouver plus facilement, mais chacun des personnages présentés à une vraie raison d’être dans ce récit, et d’autres sont encore à découvrir.

      Je te remercie à nouveau pour ces retours, et ce n’est pas toi qui n’a rien compris, c’est l’auteur qui est confus 😉

  3. Je suis assez d’accord qu’une petite compilation de tes textes serait la bienvenue !
    Elle a de la chance Leil d’avoir pu lire le texte sans majuscules parce que je trouve que ça perturbe la lecture (et accentue mon mal de crâne aussi !) et que l’histoire se suffit à elle même ! Je cherche à déchiffrer le code du coup …
    J’aime beaucoup la SF et, vraiment, certains épisodes sont très réussis ! D’autres un peu longs à mon goût.
    Donc, au final, vivement le bouquin, sans les majuscules 😉

    1. Bonsoir Manue Reva et merci pour ton commentaire 🙂

      Le code : Oublie Amnesie Efface ta Mémoire Yann Nimentrix Guerant n’existe pas. Eteins tes souvenirs Yann disparait oublie le Oublie amnesique anmésique amnésique.

      J’aurais pu le faire sans utiliser les majuscules mais ça aurait été insidieux, et vous auriez peut-être réellement oublié qui était Yann Nimentrix Guérant 😉

      Je ne sais pas si tu as trouvé cet épisode un peu long à ton goût ou pas, mais je soupçonne que oui 😉

      Pour le fait de compiler.. c’est le défi d’écrire un récit à suivre dans un atelier, c’est pas toujours simple pour la continuité 😉

  4. Et pourquoi tu n’es pas venu nous lire(à part Leiloona bien sûr,à tout seigneur tout honneur,normal), on sent le pâté?….Jalouse,jalouse,prend garde c’est ça les filles!…..Vengeance en vue…..

  5. j’ai lu d’abord les caractères en gras, vu que je pensais qu’il y avait là un message important à découvrir 😉
    et en effet, ils confirment ce que je pensais, Yann Nimentrix Guérant n’existe pas 🙂
    (LOL c’est une blâââââgue hein je ne veux pas me faire dévorer par les louves qui forment ton fan-club)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s