Il était une foi

C’est quelque chose que tu ne comprendras jamais.
Quelque chose qui t’échappe totalement.
Quelque chose qui n’en finira jamais de te questionner.
Quelque chose qui dépasse ta compréhension, tes sens, ta logique.

Tu auras beau me regarder.
Tu auras beau me photographier.
C’est au-delà de ta vision.
Au-delà des apparences.

Je peux te paraitre fragile, quasiment nu sous ce courant d’eau.
Je peux te sembler vulnérable, le dos tourné.
Je fais un avec ce qui m’entoure.
Je suis ce qui m’entoure.

Comment t’expliquer la foi ?
Comment m’expliquer, ma foi ?
Comment ne pas commencer par un « Il était une foi » ?
Mais tu ne crois pas au conte de fées.

La frontière entre la lumière et les ténèbres, je la connais.
La sensation d’étouffer, seul au fond d’un lac, je la connais.
La lumière du plaisir, chevauché par une femme, je la connais.
L’instant d’éternité, porté par un souffle, je le connais.

Mes identités, mes univers, mes sosies.
Mes blessures, mes espoirs, mes désirs.
Ma souffrance, mes drames, mes larmes.
Emportés par cette eau.

C’est une chose que je te souhaite de connaitre.
Une chose à laquelle tu n’aurais pas envie d’échapper.
Une chose que tu n’aurais pas à questionner.
Une chose qui te permettrait enfin de vivre.

Photo © Manue
Texte © Dominique Poulain

Texte pour l’atelier d’écriture de Bricabook   : chaque semaine Leiloona met en ligne une photo et vous avez jusqu’au dimanche suivant pour vous laisser inspirer et rédiger un texte. Vous pouvez consulter (et commenter) les autres textes participant à l’atelier sur le site Bricabook.

N’hésitez pas à commenter le texte ci-dessous et à la partager s’il vous a plu 🙂

Vous pouvez aussi lire mes autres participations à l’atelier.

Publicités

Auteur : nimentrix

Explorateur d'imaginaires. Accro aux séries, la BD, la science-fiction, le fantastique, les comics et plein d'autres choses... Ecrit, un peu, beaucoup, passionnément, aussi ;-)

22 réflexions sur « Il était une foi »

  1. Fichtre, quelle détermination … Le passage au rythme court en impose. Nous ne sommes pas là dans le fantastique, mais dans une vérité sans fard, comme cet homme de dos.

    J’avoue être un peu sans mots derrière ce texte que j’ai aimé relire plusieurs fois, comme lorsqu’on écoute une belle performance.
    Un texte qui restera dans les annales de Nimen’ à mes yeux.

    (Je ne reviendrai pas sur le contenu, ce serait m’exposer.)

  2. Waouw ! Quelle force, quelle impétuosité qui se dégage de ce texte ! Je ne te connaissais pas dans ce registre, et je suis scotchée !

    1. Merci pour ton feedback, @CurieuseGrignoteuse 🙂 Je n’ai dévoilé jusqu’à maintenant que ce qui m’était le plus « facile ». Ca me demandait de prendre confiance pour dévoiler des choses plus « enfouies », plus intimes.
      Pour l’atelier, vu le court temps disponible, je dois souvent faire le choix entre histoire et émotion. En reprenant mes textes pour des versions plus « longues », voire romancées, j’espère pouvoir y amener cette force et impétuosité qui sont aussi des piliers de mon équilibre intérieur… Mais cela demande une véritable implication, une véritable prise de risque. Ca n’est pas toujours évident de se foutre à poil sous une eau glacée mais salvatrice, mais plus le temps passe, plus je sens que l’écriture c’est ma douche purificatrice, ma profession de foi. Et c’est grâce à vos commentaires à tous que j’en prends conscience, je vous en remercie 🙂

  3. Quand j’ai lu ton texte plusieurs choses m’ont interpellé:
    La forme, dans laquelle nous n’avons pas l’habitude de te lire, et c’est très réussi, ça coule comme de l’eau….
    Le fond, et je comprends d’autant plus que tu ais détesté mon texte….
    La signature, qui revendique ces paroles comme étant les tiennes et non celles d’une de tes nombreuses identités….
    J’ai beaucoup aimé.

    1. Re-bonjour @Benedicte. Je n’ai pas « détesté » ton texte, mais il m’a interpelé vu ce que je projetais à titre personnel sur cette photo.

      Difficile de ne pas revendiquer ce texte en tant que Dominique Poulain en faisant une telle profession de foi 🙂

      Pour ceux qui feraient des recherches sur le net je ne suis ni journaliste sportif, ni chanteuse de Candy, la vérité est ailleurs 😉 )

      Heureux que le texte t’ait plu 🙂

  4. Tu verras sur l’atelier, je vous ai expliqué le pourquoi de ce choix en ce qui me concerne….Et pourtant je parle avec mes parents qui ne sont plus de ce monde, et j’ai un ange gardien auprès de moi dont je sens la bienveillante présence….Mais voilà il a du avoir un moment d’inattention!!!!

    1. @Benedicte, ça n’est pas un moment d’inattention, tu a écris ce que tu avais envie d’écrire à ce moment là, et c’est ça l’important, prendre déjà plaisir à écrire pour soi. Merci pour le questionnement qu’a provoqué ton texte chez moi, c’est toujours important de pouvoir s’arrêter sur « mais pourquoi ça me fait réagir ? »

  5. Quelle force ! court et puissant ! c’est tout à fait le genre de texte que j’aime, tu t’en doutes depuis que tu me lis. Tu me parles vraiment. Donc qui que tu sois, tu sais tout écrire, en quelque sorte c’est ce que je retiens 😉 merci, vraiment.

  6. « L’instant d’éternité porté par un souffle, je le connais ». C’est d’une merveilleuse simplicité. Je ne parviens pas à entrer dans ton univers habituel, je reste sur le seuil faute d’avoir les clés. Aujourd’hui, j’ai passé la porte et j’ai aimé ce qu’il y avait à l’intérieur.

  7. J’aime vraiment beaucoup te découvrir dans ce genre inédit qui te va à merveille. Ce questionnement trouve un écho particulier en moi…surtout que j’ai visionné cet après midi Des Hommes et des dieux. Ce texte est très fort, à la lecture j’ai l’impression que cet homme me plaque avec conviction contre un mur pour que je me pose les bonnes questions.

    1. Merci @Sarabiscon 🙂 J’espère que tu n’es pas au bout de tes surprises 😉 J’ai beaucoup aimé Des Hommes et des Dieux, très belle interprétation et très joli questionnement sur la foi.
      Et j’aime beaucoup amener les personnes à se poser les bonnes questions, et si j’y arrive à travers mes textes, tant mieux 😉

  8. J’aime beaucoup ton texte. C’est une autre facette de toi ; mais je me doutais qu’elle étais en toi (en foi ?). Tu aimes amener les personnes à se poser des questions, et là tu réussis avec toi-même. Les réponses, ou les non-réponses appartiennent à chacun, mais pourraient donner lieu à des discussions passionnantes.
    De plus, les répétitions du poème donnent un aspect musical. C’est vraiment très bien. Bravo.

    1. Merci @Claude 🙂 Le questionnement est important pour moi, en effet. La réponse en elle-même appartient en effet à chacun. La réponse en elle-même ne m’intéresse pas, c’est de déclencher un processus de réflexion ou de discussion qui est primordial.

  9. Je ne te connaissais pas dans ce registre de texte et en le découvrant, j’adore ! Le texte me parle, ta plume y est agréable, musicale et fluide, les images s’imposent d’elles mêmes, bref une belle réussite qui ne m’a pas demandé d’effort de compréhension et ça j’aime 😉

    1. Merci @Nady, la photo m’a inspiré 😉 Il m’arrive de laisser tomber la complexité pour revenir à des choses essentielles 😉 Mes textes pour l’atelier sont le plus souvent des fragments d’histoire, celui est plus un fragment.. de mon âme 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s