Trajectoire

La Porte s’était ouverte devant elle, inondant son corps d’une lumière qui l’aveuglait, et qui révélait par transparence sa silhouette fine et délicate
Elle n’avait pas de nom, elle n’avait pas de souvenirs.

La Porte s’était ouverte devant elle, inondée de son regard intense, qui révélait par transparence la pureté éclatante de son âme.
Elle n’avait pas de passé, elle n’avait pas d’attaches.

La Porte s’était ouverte devant elle, elle n’avait pas hésité un seul instant et elle s’était placée dans la lumière.
Elle voyait son reflet dans le miroir, elle se reconnaissait

La Porte s’était ouverte devant elle et, lui, il l’attendait depuis une éternité, avec cette patience, cette passion infinie qui le caractérisait.
Elle fit un pas, puis une autre, rompant le silence

La Porte s’était ouverte, elle déploierait ses ailes, il le savait, inondée par la Lumière intense et chaude comme une pluie d’été.
Elle entendait déjà la Porte se refermer derrière elle

La Porte se refermant, ouvrant un millier de portes qu’il était seul à percevoir, inondé par sa présence inévitable.
Elle poussa son premier cri, libéra son propre souffle.

La Porte se refermait, elle venait de naitre, quelques dizaines d’années encore à patienter avant leur rencontre.
Ils lui donnèrent un nom, elle commença à bâtir des souvenirs.

Un bref instant elle perçut la présence d’une infinité de Portes.
Un court moment elle l’aperçut et l’observa calculer sa trajectoire vers l’avenir.
Comme un maitre du Temps, un maitre des Portes, il la regarda en souriant.
Amoureux dès le premier regard, il décida de l’oublier dès la trajectoire tracée.
Il oublia aussi qui il était, devenant un simple humain, que sa trajectoire mènerait lentement vers elle…

Photo © Romaric Cazaux
Texte © Nimentrix

Texte pour l’atelier d’écriture de Bricabook 216 (oui je sais je suis juste un peu en retard 😉 )  : chaque semaine Leiloona met en ligne une photo et vous avez jusqu’à dimanche suivant pour vous laisser inspirer et rédiger un texte.
Vous pouvez consulter (et commenter) les autres textes participant à l’atelier sur le site Bricabook.

N’hésitez pas à commenter le texte ci-dessous.
Vous pouvez partager ce texte s’il vous a plu 🙂

Vous pouvez aussi lire mes autres participations à l’atelier.

 

Publicités

11 commentaires

  1. Sublime … Il eût été fort dommage de ne pas publier ce texte.

    Cette femme et cet homme font déjà partie d’une belle mythologie.

    Je t’avouerai que cette femme non nommée a bien de la chance d’être née pour rencontrer dans quelques dizaines d’années cet homme : leur histoire sera sans nul doute très belle.

    Parfois une naissance est lente, comme ce texte qui a failli ne pas voir le jour, mais l’accomplissement n’en est que meilleur et sublime.

    Mille mercis et plus encore.

  2. Merci pour le cadeau, parfois les colis empruntent des trajectoires bizarres avant d’arriver à destination, quand on les attend ça peut être énervant, mais quand on ne les attend pas ça n’est que du bonheur !!!!…..
    Qu’est-ce qui t’a retenu de le publier en son temps ?….Tu ne l’aimais pas assez?….Tu dis pourtant que l’écrivain n’est pas le meilleur juge de ses écrits !!!!
    Je le trouve incroyablement poétique et d’une grande simplicité…..Et j’aime ce thème récurrent de la naissance au monde, de l’enfantement, que l’on retrouve aussi dans les textes à quatre mains avec Leil, associé à la SF qui pulverise la notion du temps…..J’aime cet homme qui attend qu’elle devienne la femme qu’il va aimer…..
    Finalement on pourrait dire que tu joues souvent à être Dieu (ou l’équivalent ) dans tes textes !!!!….Merveilleux privilège de l’écrivain……
    Ne nous cache plus tes textes, ils ont besoin d’exister en étant lus…..

    • Merci pour ton commentaire @Benedicte 🙂
      Comme expliqué plus haut, je pensais avoir perdu le texte… 😉
      Comment ça tu n’y crois pas une seconde ? 😉

      La naissance et la renaissance sont des thèmes récurrents chez moi, en effet…
      L’écrivain est un créateur de monde, c’est un sacré privilège…

      Un autre texte inédit concernant l’atelier 217 pourrait bien apparaître prochainement ici… et aussi.. mais chut 😉

  3. bonsoir, effectivement ça aurait été dommage de ne pas le publier, belle musicalité dans ton texte, ta construction. J’aime l’espoir, la vision qu’il donne des deux personnages, merci pour cet instant de poésie. Belle soirée.

  4. Il y a une douceur dans ce texte que j’aime particulièrement. Toutes ces portes qui s’ouvrent vers l’imaginaire ou la réalité… laquelle va-t-elle choisir ? Personnellement, je trouve cette nouvelle très ancrée dans la réalité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s