Rouge Atlantide

Le bruit de l’eau. Telle une créature aquatique, elle émergea de l’eau avec l’élégance féline qui était sienne. Une panthère aquatique, pensa Noah en admirant le corps nu d’Eléonore Blacksteal.

Publicités

Mars, la rouge.
Mars, planète désertique.
Mars, champ de bataille.

Confortablement installé sur le pont du voilier, admirant le coucher de soleil qui réchauffait doucement sa peau, Noah Mosès ne pouvait s’empêcher de sourire. Désormais, il fallait attendre le coucher de soleil pour que la planète se teinte de couleur ocre.Lorsque le vaisseau s’était écrasé sur la surface désertique, les spores rouges contenues dans le corps de Noah, l’homme fontaine, s’étaient réveillées. L’unique passager humain de cette nouvelle arche s’était mis à produire de gigantesques quantités d’eau, il avait ensemencé la planète, réveillé les machines créées voilà bien longtemps par les ancêtres des humains. La célèbre Atlantide avait enfin pu reprendre son apparence originelle, se couvrir d’océans, d’une végétation luxuriante, véritable poumon recréant l’atmosphère en quelques heures. Combien de temps faudrait-il aux terriens pour rebaptiser la planète, lui rendre son véritable nom ?

Le bruit de l’eau. Telle une créature aquatique, elle émergea de l’eau avec l’élégance féline qui était sienne. Une panthère aquatique, pensa Noah en admirant le corps nu d’Eléonore Blacksteal. Elle arrangea rapidement ses cheveux, déposa un doux baiser salé sur ses lèvres avant de s’allonger à ses côtés. Il aurait aimé lui aussi plonger dans cette eau chaude, se laisser porter par les courants, mais il craignait toujours que le processus ne se déclenche à nouveau. Son père avait tenté de la rassurer : son corps ne contenait plus aucune spore respirée accidentellement lors de son enfance, il était redevenu « normal ». Noah avait cependant l’intuition que la vérité était autre, et le petit sourire énigmatique de Yann lorsqu’il lui avait annoncé la « bonne nouvelle » ne l’avait pas totalement rassuré.

Eléonore s’approcha un peu plus, elle vint poser sa tête sur son épaule, puis se lova tout contre lui. Le soleil disparaissait progressivement à l’horizon. Les premières étoiles perçaient doucement la voute céleste. Ciel pur, immaculé. Noah se demandait combien de temps il faudrait aux humains pour se décider à venir abimer cette planète, laisser leur éternelle soif de pouvoir et de conquête reprendre le dessus. Ils avaient pourtant vu les Créatures s’abattre sur eux, ils avaient frôlé l’Apocalypse, mais il savait qu’à un moment ou à un autre, ils finiraient par oublier l’intervention de Yann, son sacrifice. Les politiques, les militaires, les scientifiques auraient soif de percer les secrets de leurs anciens ancêtres, de maîtriser les rouages de la Machine, et finiraient certainement par créer une menace bien plus terrible que les Créatures.

Il soupira.
Profiter de l’instant présent.
Caresser le corps de sa compagne, l’enlacer tendrement.
Laisser ses lèvres goûter sa peau.
Peut-être que l’humanité finirait par apprendre, après tout ?
Peut-être que l’auteur finirait par enfin trouver le repos ?
Peut-être se déciderait-il lui aussi à profiter de la douceur d’une nuit océane ?

C’est à toi de décider, créateur d’histoires.
Où que tu sois, je sais que tu m’entends.
Où que tu sois, je sens ta présence, même sur ce voilier, sous ce ciel étoilé.
Écrire le dernier chapitre n’est pas une fin en soi.
Une fois les derniers mots posés sur le papier, les mondes continueront à vivre, évoluer.
Et il y aura toujours un lecteur malicieux, astucieux, qui ouvrira les portes.
Qui portera son regard perçant, et photographiera l’instant.
Immortalisant le voilier sur les eaux calmes de l’Atlantide.

Photo © Claude Huré
Texte © Nimentrix

Ce texte est ma participation à l’atelier d’écriture 226 de Bricabook.
N’hésitez pas à commenter le texte ci-dessous et à la partager s’il vous a plu 🙂
Vous pouvez aussi lire mes autres participations à l’atelier.

Auteur : nimentrix

Explorateur d'imaginaires. Accro aux séries, la BD, la science-fiction, le fantastique, les comics et plein d'autres choses... Ecrit, un peu, beaucoup, passionnément, aussi ;-)

12 réflexions sur « Rouge Atlantide »

  1. C’est effectivement troublant … la même idée déclinée de 2 façons mais le même fond.
    J’ai aimé cette sensualité qui déborde et coule dans la veine de tes mots. Un véritable ballet qui enchante mes iris. Puis cette réflexion autour de l’Homme… Le seul véritable loup contre lui même.
    Vivre pleinement l’instant présent… tout en sachant que le Créateur a tout pouvoir sur soi … à moins que ce ne soit le personnage qui ait tout pouvoir sur Yann le créateur d’histoires…

    Encore envie de te lire … encore …

    1. Merci @Leiloona. Personnellement, je pense que ce sont les personnages qui manipulent leur créateur. Aucun être humain sensé ne passerait autant de temps à se torturer l’esprit pour écrire des histoires sans être sous influence 😉

  2. J’adore vos deux commentaires Leiloona et Nimentrix…..Vos échanges sont une des primes qu’on trouve à vous lire séparément !!….Mais vous lire ensemble est aussi un enchantement….Quelle torture….Tu as raison Nimentrix, le petit peuple veut toujours plus de pain et de jeux !!!!
    Quelle est belle la mer de Noah !….Mais te connaissant en tant qu’auteur je serais lui effectivement je ne m’y risquerai pas quelqu’en soit mon envie…..On ne sait jamais il pourrait soit tout faire déborder avec fuite dans l’univers, soit s’y dissoudre à jamais…..Et à mon avis il a en ce moment des choses plus intéressantes à faire, l’amour par exemple…..Noah est un merveilleux personnage dôté d’une âme pure et bienfaisante comme l’eau qu’il a offert à Mars….
    L’auteur va-t-il décidé que l’homme avec ses sales habitudes va venir tout détruire ?…..Ou va-t-il nous laisser ce paradis préservé et y fonder une nouvelle humanité ?….
    Ohlala, bientôt mes commentaires seront plus longs que les textes, pardon…..

    1. @Benedicte, je ne pense pas que tes commentaires seront un jour plus long que mes textes, même si je suis devenu de moins en moins.. bavard 😉
      L’auteur va peut-être décider de laisser une fin ouverte pour la possibilité à la lectrice ou au lecteur de laisser son imagination vagabonder 😉

  3. Tout le texte est en effet très troublant… Une sensualité à fleur de peau, à fleur de mots et cette interrogation dont la réponse, finalement , appartient à chacun..
    « Ecrire le dernier chapitre n’est pas une fin en soi » : je pense que c’est là la phrase qui m’a le plus interpellée.. Et m’interpelle encore…
    Merci pour ce sublime voyage…

  4. J’aime décidément beaucoup ton univers. Tu le décris ici comme un extrait de conte mythologique dans lequel on peut découvrir quantité de symboles. On y voit presque la création d’un nouveau monde à la merci du lecteur. Sera t-il à l’image de l’ancien ?
    Bravo et merci.

  5. Ahhhhhhh j’adore ! Mais vous avez fait exprès avec Leil d’aborder le même sujet nan ?!!
    Moi j’adhère et je vote comme le peuple, encore, encore !!!! C’est magiiiiiiiiiiiique la littérature !

  6. Non mais attend ? Ce ne serait pas le même sujet que la participation de Leiloona ? Décidément, vous faitez la paire tous les deux, une bien belle paire d’ailleurs… Nimentrix, je crois que tu es le seul à écrire des textes avec des genres de l’imaginaire au sein de l’atelier… Je ne sais pas si j’aurais un jour le culot de le faire, mais toi tu l’as fais ! Et avec brio ! J’aime beaucoup ton univers, un véritable double sens découle de tes textes, que ce soit avec Leiloona ou en solo ! Continue, je pense que je ne suis pas le seul à en être friant !

  7. Encore un beau texte, bien construit, bien écrit, à la fois captivant et déroutant. Agréable lecture donc. Quant au questionnement final, j’aime aussi à penser que ce sont les personnages qui manipulent l’auteur…c’est tellement plus rassurant. 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s