The Good Place is Bad

Une série humoristique et provocante sur l’après-vie avec Ted Danson et Kristen Bell, ça me plaisait bien… Sacrée déception.

Publicités

Puis-je écrire une chronique quand je n’ai pas aimé un série, un film ou un bouquin ? Est-ce que je risque d’aller en Enfer pour oser dire du mal d’une série diffusée aux Etats-Unis juste après The Voice ?  Ou alors est-ce que je risque d’aller en Enfer, si je n’écris rien et que je vous laisse, chers lecteurs, perdre 42 minutes de votre vie devant un truc inutile ?

kristen_bell
Kristen Bell apprenant qu’elle a décroché le rôle principal pour the Good Place

The Good Place, série créée par Michael Schur (Parks and Recreations, Brooklyn Nine-Nine) et diffusée sur NBC, m’a plongé dans cette profonde réflexion, m’empêchant de dormir et de m’alimenter pendant trois longs jours et nuits… Bon, j’exagère un peu, j’ai dormi comme un bébé, je me suis empiffré en accompagnant mon repas d’un excellent vin du Médoc, tout ceci est un subterfuge pour créer un ambiance dramatique pour cette chronique avec une référence à la Passion du Christ avec les trois jours, culture judéo-chétienne oblige. Oui, je sais, c’est mal, ça m’éloigne un peu plus de The Good Place, en me rapprochant de The Bad Place, mais après avoir vu à quoi ressemble le Paradis dans cette série, je n’ai pas vraiment pas envie d’y atterrir. Si l’Enfer c’est Les Autres, ils ont bien de la chance… Non, cette dernière phrase avec « Les Autres » n’est pas un clin d’oeil à Lost, dont la dernière saison m’avait fait vivre un véritable enfer, mais j’y reviendrai peut-être dans une prochaine chronique. Ca n’est pas parce que le pilote de The Good Place commence par un gros plan sur les yeux d’Eleanor s’ouvrant qu’il faut y voir un hommage à Lost  ;-).Dans Lost il n’a jamais été question d’Enfer, de Paradis ou de Purgatoire  ;-).

Mais revenons à nos agneaux, c’est à dire au pitch de cette série :  Michael (Ted Danson, un « Expert ») apprend à Eleanor (Kristin Bell, la Veronica Mars), qu’elle est décédée. Grâce à ses bonnes actions sur Terre, elle va « vivre » son après-vie dans un monde « paradisiaque », The Good Place, en companie de quelques centaines d’autres personnes qui ont, eux aussi, vécu une existence exemplaire sur Terre. Elle aura la chance d’y retrouver son âme soeur, et pourra vivre en sa compagnie pour l’éternité.

kristen3
Kristen Bell expliquant à un ami qu’elle a été retenue pour The Good Place

La voilà donc propulsée dans un monde flashy et digne d’un parc Disney, avec des habitants gentils et sirupeux à souhait, qui ne rêve que d’apprendre à voler comme des angelots  ou qui prennent leurs pieds en ramassant en ramassant des ordures.
Seulement voilà, il y a un petit soucis… Sur Terre Eleanor a été une véritable peste, comme le montre les très ennuyeux flashbacks  qui saucissonnent chaque épisode, avec un coté « bien ! » « pas bien ! » tellement démonstratif que ça m’a donné envie de vomir mon excellent repas. L’arrivée d’Eleanor dans ce monde paridisiaque déclenchent des évènements chaotiques, l’obligeant à devenir gentille, en suivant les conseils de son Jiminy Cricket d’âme soeur.

Si l’idée de base était sympathique, la manière dont la série traite le sujet ne m’a pas convaincu, pas plus qu’elle ne semble avoir convaincu Kristin Bell, qui semble un peu engoncée dans son rôle, proposant une prestation peu convaincante, limite embarassée de s’être fourrée dans une telle galère. The Good Place est une comédie, mais elle ne m’a rarement décroché plus qu’un sourire. Les dialogues ne sont pas souvent percutants, et les situations comiques suffisament prévisibles pour beaucoup de gags tombent à plat. Et, surtout, je n’ai pas vraiment apprécié le message porté par ce pilote.

Sois conforme et tais-toi

the-good-place
Kristen Bell, le premier jour du tournage…

J’ai vu des personnes sur Twitter comparer ce pilote au Prisonnier.  Sérieusement, comparer ce truc à une série culte ? Dès les premières minute de la série, le Numéro 6 se révolte contre sa condition et tente de faire voler en éclat la logique du Village. Ici, Eleaonor fait tout pour se conformer à la logique de The Good Place, en acceptant de mettre le même pyjama que les autres, de ramassaser des détritus, parce qu’elle a peur d’être envoyée dans The Bad Place dont elle a eu un bref aperçu à travers des cris de souffrance de ses habitants.
Dois-je en déduire que le message de la série est : « Sois conforme, supporte ce lieu en carton-pâte que tu détestes, ces bénis oui-oui qui t’insupportent, plutôt que de risquer de souffrir en étant libre d’être toi-même. » ?

D’autres Twittos évoquaient Pushing Daisies… A part les couleurs saturées, la série n’a pas grand chose en commun avec la création de Bryan Fuller. Son héros était confronté à la mort et vivait une histoire d’amour impossible dans une univers très « Burtonien » aussi bien dans son apparence visuelle que dans la psychologie des personnages. L’univers de The Good Place est bien plus superficiel avec des personnage « pastellisé » pour ne pas dire « pasteurisé ».

Incohérences

kristen3
Kristen Bell, le dernier jour du tournage…

Au départ, Michael explique  à Eleanor que les religions classique ce sont plantées à 95 % à propos du déroulement de l’après vie… et, finalement, la série nous décrit un lieu très proche de la vision chrétienne du Paradis : un ange Michael à sa tête, un système de « bons points »/ »maauvais points » pour qualifier les « heureux élus » qui ne rêvent que de voler, comme tout ange qui se respecte… La série, sous ses fausses allures provocatrices est d’ailleurs si politiquement correctes que je n’ai pas aperçu le moindre personnage qui pourrait être un habitant du Moyen Orient. Etre de confession mulsulmane et atterrir dans The Good Place serait-il incompatible ?

En résumé, ce pilote un peu trop sage ne m’a pas convaincu, et je ne le vois pas dépasser la saison 1. Si vous cherchez une série qui vous interpelle à propos de l’après vie, regardez plutôt du côté de Dead Like Me de Bryan Fuller ou d’autres séries que j’oublie et que vous pouvez m’indiquer via les commentaires ;-).

Je vous laisse avec la bande annonce du pilote et  je file relire Le Crépuscule des idiots, une bande dessinée qui cause religion avec humour.

Fiche technique :

Titre original : The Good Place
Création :  Michael Schur
Acteurs principaux :
Kristen Bell
William Jackson Harper
Jameela Jamil
D’Arcy Carden
Manny Jacinto
Ted Danson
Pays d’origine : États-Unis
Chaîne d’origine : NBC
Nb. de saisons : 1
Nb. d’épisodes prévus : 13
Durée : 22 minutes
Date 1ère diffusion : 19 septembre 2016 – 12 décembre 2016.

Auteur : nimentrix

Explorateur d'imaginaires. Accro aux séries, la BD, la science-fiction, le fantastique, les comics et plein d'autres choses... Ecrit, un peu, beaucoup, passionnément, aussi ;-)

3 réflexions sur « The Good Place is Bad »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s