Esperia

Il était une fois une fillette à qui l’on raconta l’histoire du Phénix…

Publicités

« Bonjour… Il est joli, ton livre… »
La fillette s’était rapprochée timidement de l’homme. Il était assis près de la fontaine, au milieu de la place. Le livre que tenait l’homme était très étrange. À part le texte que la fillette ne savait pas encore déchiffrer, elle avait vu sur les pages des illustrations qui bougeaient, comme dans les dessins animés. Elle était particulièrement fascinée par une page, où un immense oiseau de feu survolait un jeune garçon assis au bord d’une rivière. Continuer à lire … « Esperia »

Le maléfice enchanteur

Conte à dormir debout… de bois… dormant…

 « Et cela a commencé comment ?

– Comme un matin de printemps très ordinaire. Quand vous ouvrez les volets, que la lumière vient caresser votre corps nu, que les odeurs douces et sucrées vous donnent juste envie de vous allonger, de laisser les fenêtres ouvertes, de laisser les bruits printaniers prendre possession de la pièce, envahir votre tête, vous nourrir plus surement qu’un petit déjeuner. Lumière envahissant cette pièce sombre, la baignant dans une clarté irréelle, vous faisant oublier qui vous êtes. Lire la suite ->

L’Arène des Neiges (ceci n’est pas l’épisode 3 de la flûte à 69 trous)

Règlement de « conte » : quand l’auteur ne maîtrise plus grand chose et que le lecteur s’en mèle….

« Il était une fois, dans un royaume lointain, très éloigné, une reine très méchante qui vivait dans le Grand Nord. Dans son château, elle retenait prisonnier un enfant nommé Kay. Le Diable avait fabriqué un miroir magique, qui s’était cassé. Deux des morceaux ensorcelés s’étaient coincés dans l’œil et le cœur de Kay, le rendant dur et indifférent… »

Lecteur : Mais c’est quoi ce truc ?
Auteur : Pardon ?
Lecteur : C’est quoi le rapport avec la flûte à 69 trous ? Lire la suite ->

Rota

Ode à Dali…

Jeudi 8 septembre 2016, 21:01

Elle sortait du vernissage de l’exposition Dali – Sfar, les yeux pleins d’images, les oreilles vibrant encore à la musique de Olivier Daviaud. Elle avait entraperçu Joann, toujours bien entouré, elle n’avait pas osé l’approcher.

Dans la rue Poulbot, devant l’espace Dali, un homme à la voix familière haranguait la foule, en brandissant une carte du Tarot Dali : Le Fou.

Lire la suite ->

227 : je suis mort ce-jour là

La fin est le commencement…

Je suis mort un lundi.
Comme aujourd’hui, le jour où j’écris ce texte. Enfin, écrire est un grand mot, je ne suis plus capable d’écrire depuis bien longtemps. Je peux juste le dicter, l’inspirer au Créateur d’histoires.
Mais avant aujourd’hui, avant ma mort….
Lire la suite ->

Rouge Atlantide

Le bruit de l’eau. Telle une créature aquatique, elle émergea de l’eau avec l’élégance féline qui était sienne. Une panthère aquatique, pensa Noah en admirant le corps nu d’Eléonore Blacksteal.

Mars, la rouge.
Mars, planète désertique.
Mars, champ de bataille.

Confortablement installé sur le pont du voilier, admirant le coucher de soleil qui réchauffait doucement sa peau, Noah Mosès ne pouvait s’empêcher de sourire. Désormais, il fallait attendre le coucher de soleil pour que la planète se teinte de couleur ocre. Lire la suite ->

Trajectoire

Entrevoir la Lumière….

La Porte s’était ouverte devant elle, inondant son corps d’une lumière qui l’aveuglait, et qui révélait par transparence sa silhouette fine et délicate
Elle n’avait pas de nom, elle n’avait pas de souvenirs.

La Porte s’était ouverte devant elle, inondée de son regard intense, qui révélait par transparence la pureté éclatante de son âme.
Elle n’avait pas de passé, elle n’avait pas d’attaches.

Lire la suite ->

Blanche…

Ecrivain. Amour. Angoisses.

C’était un écrivain.

Un costaud, un malin.

Il écrivait depuis des années.

Quand Blanche, dans sa vie est entrée… Lire la suite ->

Choix qui tu es…

Il traversa le portail, elle était à ses côtés, comme à chaque fois. Ils arrivèrent une fois de plus sur cette place déserte couverte de marronniers. Déserte ? Pas totalement. Il y avait ce vieil homme, installé sous l’arbre le plus majestueux.

Caché derrière une casquette, habillé d’un manteau simple, cet homme très ordinaire était penché sur son journal, certainement pour compenser la faiblesse de ses vieilles lunettes.

Le jeune homme soupira :
« Rien n’a changé… Je n’y comprends rien…
– Va lui parler… », dit-elle
Lire la suite ->

Fenêtre – Portail

Il poussa les volets et, comme chaque matin, elle était là, juste en face de sa fenêtre. Elle était très âgée et se protégeait du soleil avec un parapluie noir. Ses yeux étaient dissimulés derrière des lunettes de soleil mais il savait qu’elle le fixait. Elle portait sur ses épaules un très beau pashmina bleu. Dans sa main droite, elle tenait son destin, mais il ne le savait pas encore.

Lire la suite ->

Proies – Chasseur

Au moment où elle aperçoit les deux individus, l’adrénaline se déverse dans ses veines. Ils ressemblent bien à la description faite par ses amies à la fac. Ils parlent fort, beaucoup trop fort. Ils font dans la surenchère sonore, chacun voulant prouver à l’autre que c’est lui, le chef de la meute. La « conversation » tourne autour du foot et des bagnoles.

Lire la suite ->

Arrêt sur image

Je traversais le portail et je me retrouvais dans ce lieu que je connaissais tellement bien. J’aurais dû me douter qu’il me donnerait rendez-vous ici. Même s’il n’aimait pas la ville, je savais qu’il adorait cet endroit où il avait une vue privilégiée sur la capitale. Et puis, quand je lui avais appris que cette péniche avait appartenu à Arsène, et que je tenais l’information de Maurice Leblanc lui-même, il s’était empressé de l’acquérir…

Lire la suite ->